Bill Bojangles Robinson with "The Sand Dance" in the movie "Stormy Weather"

Dans cet extrait du film Stormy Weather de Andrew L. Stone paru en 1943, nous pouvons assister à un remarquable numéro de claquettes en sandman par Bill « Bojangles » Robinson.

Extrait du livre Le souffle de la liberté, Nicolas Beniès

10 juillet 1946, Stormy Weather est montré en France, avec Bill « Bojangles » Robinson

Le souffle de la liberté, page 48

Le 10 juillet 1946 sort sur les écrans parisiens, à l’Elysées-cinéma, Stormy Weather le film de Andrew Stone, réintitulé Symphonie magique, film uniquement tourné par des artistes Noirs et non des moindres : Cab Calloway, Lena Horne et surtout le plus grand des grands danseurs de claquettes – un «sandman» – Bill « Bojangles » Robinson. Par une étrange ironie, la trame historique part du retour aux États-Unis de l’orchestre de jazz mené par le lieutenant Jim Europe Reese en 1919 à la tête de son orchestre, pour l’armée le 369e régiment d’infanterie – jusqu’à la période des années trente dite « époque swing ». Une évocation du passé, comme un prélude pour une fin des temps anciens.

Sandman : Comme le montre le film – plutôt une suite de numéros très réussis – pour que le rythme des pieds s’entendent, le danseur répand du sable sur la piste et danse en le faisant crisser.