Michel Warlop - avec Jean Tranchant - 1935

Nous disposons de très peu d'enregistrements vidéo de Michel Warlop, notamment ceux qui le montreraient dirigeant son orchestre de cordes. Cet enregistrement avec le chanteur Jean Tranchant date de 1935, quand Michel Warlop n'est pas encore le compositeur et instrumentiste majeur qu'il deviendra durant l'Occupation.

Extrait du livre Le souffle de la liberté, Nicolas Beniès

Michel Warlop

Le souffle de la liberté, p. 96

Michel Warlop, violoniste, compositeur, arrangeur n’était pas destiné à être un musicien de jazz. Né à Douai le 23 janvier 1911 dans une famille de petits commerçants – ils sont pâtissiers et tiennent un salon de thé dans le centre-ville – il fait preuve de dons précoces pour cet instrument étrange aux bruits de cris et de larmes, le violon. Victor Gallois, maître du compositeur classique Maurice Dutilleux et de... Jack Diéval (pianiste de jazz qui anima Jazz aux Champs-Elysées), prit l’enfant en charge. La carrière de concertiste classique s’ouvrait devant lui. Prix d’excellence au Conservatoire de Lille puis de Paris, il est considéré comme l’un des cinq meilleurs violonistes du siècle. Cet avis est partagé entre le maître et Piero Copolla, compositeur.

Michel a 18-19 ans lorsqu’il arrive à Paris. La capitale est un lieu de perdition et d’une intense créativité. Le jazz est devenu la musique des « branchés », des sur- réalistes autant que de Cocteau ou des Dadaïstes. Tout ce qui bouge, bouge au son du jazz. Michel Warlop ne pouvait pas passer à côté. Il y plonge tête baissée. Là est l’aventure, là est la possibilité de forger une nouvelle route, là est la capacité de s’outrepasser.