Les Feuilles Mortes dans Les Portes de la nuit (1946)

Jean Vilar (Le Destin) joue Les Feuilles Mortes à l'harmonica. Scène tirée des Portes de la nuit (Marcel Carné - 1946) avec Yves Montand, Pierre Brasseur, Serge Reggiani, Jean Vilar et Nathalie Nattier.

Extrait du livre Le souffle de la liberté, Nicolas Beniès

Les feuilles mortes

Le souffle de la liberté, p. 111, 112

Après la guerre, Les feuilles mortes, composition de Joseph Kosma pour un pas de deux du chorégraphe Roland Petit en 1944 est mise en paroles par Jacques Prévert. « Des paroles simples », pour un projet de film de Marcel Carné Les portes de la nuit, dont cette chanson formerait un fil conducteur, une chanson répétée sur tous les tons, une chanson scénario. Il faut dire que le texte de Prévert est un véritable scénario. Carné veut comme vedettes Jean Gabin et Marlène Dietrich qui vivent en couple à ce moment-là. Gabin, suivant le témoignage du cinéaste, tombe immédiatement sous le charme de la musique de Kosma. Il lui demandera de la jouer et de la rejouer sans cesse. Ce film-là pourtant ne se fera pas. Marlène refuse le rôle à cause d’une phrase anti-française... Elle est allemande et l’ambiance ne se prête pas à ce qui pourrait ressembler à une provocation. Jean suit sa compagne.

Carné fera quand même un film portant le même titre, Les portes de la nuit, qui sortira en 1946, avec comme « vedettes » deux inconnus, Yves Montand, pas vraiment acteur en ce temps-là, et Nathalie Nattier. Les feuilles mortes ne sont plus qu’un murmure fredonné par Yves Montand.